09 83 49 55 00

« Elle a jeté les noyaux de pêches, de prunes ou des noix, et, à leur bonne fortune, invisible à l’œil inattentif, un pêcher, un prunier et un noyer, parmi les herbes et les fleurs, ont trouvé l’asile d’une terre généreuse. Cette végétation disparate conforte l’aspect naturel du jardin,son air campagnard, et l’on pourrai penser que la nature y a prodigué ses fruits spontanément. »

Michel Ogier, photographe, écrivain

in « le Jardin de ma mère » – Éditions Siloë – 2005