09 83 49 55 00

Auxiliaire de jardin

Il se sont beaucoup répandus dans les jardins… et continuent de l’être encore ! Pourtant, les produits phytosanitaires, appelés aussi intrants, sont à manier avec précaution, voire une extrême parcimonie.

Il existe plusieurs types de produits phyto qui n’ont de « sanitaire » que le nom.

Il s’agit en fait de produits qui tuent :

  • des adventices = herbicides,
  • des insectes = insecticides,
  • des bactéries ou des champignons = fongicides.

Les produits phytosanitaires se décomposent en deux catégories :

  • les produits d’origine naturelle (bouillie bordelaise, soufre, pyrèthre…etc),
  • les produits de synthèse (ex : le glyphosate, le plus connu des herbicides, très connu sous le nom commercial de « Round-up »).

Qu’ils soient d’origine naturelle ou  de synthèse, préventifs ou curatifs, aucun de ces produits n’est exempt d’effets secondaires. Beaucoup contiennent des substances cancérigènes, mutagènes ou reprotoxiques. Ces informations figurent obligatoirement sur les étiquettes des emballages, il suffit de les lire…

Toxique et très toxique

Explosif

Corrosif

Inflammable

Dangereux pour l'environnement

Il faut bien se dire que si ces produits tuent des organismes vivants, c’est qu’ils auront aussi un effet sur notre santé et sur l’environnement. Il est donc essentiel de se protéger au maximum lors de leur application : port de masque, gants, lunettes et combinaison obligatoires.

Pensez aussi à protéger vos enfants en leur interdisant l’accès à une pelouse traitée pendant 15 jours après l’application du produit. Enfin, l’application des produits phytosanitaires doit se faire par temps sec et sans vent afin ne favoriser aucune diffusion intempestive du produit.

Une approche plus écologique du jardin permet de se passer partiellement et même complètement de ces produits  grâce à plusieurs opérations de prévention :

  • Protégeons les abeilles

    un paillage épais de tous les massifs qui évite la pousse des adventices,

  • une désinfection systématique des outils de taille afin d’éviter la contamination des plantes entre elles par les bactéries ou les champignons,
  • le chaulage des troncs des fruitiers et même de certains arbres d’ornement,
  • l’utilisation d’un engrais organique à préférer à un engrais chimique,
  • l’utilisation d’auxiliaires biologiques tels que la coccinelle ou le chrysope pour combattre les insectes non désirés au jardin,
  • changer notre regard : les « mauvaises herbes » sont des plantes sauvages tout à fait naturelles et souvent très belles quand on prend la peine de les regarder.

Aujourd’hui, de plus en plus de communes choisissent l’option « Zéro phyto » en appliquant des plans de désherbage ciblés et en utilisant largement les méthodes préventives citées ci-dessus.

Pour en savoir plus :