09 83 49 55 00

Présent dans de nombreux aménagements extérieurs, le bois est devenu un élément indispensable : terrasse, claustras, pergolas, retenues de terre, mobilier urbain ou de jardin, désormais aucune construction ne lui échappe.

Les différentes classes de bois :

Contrairement au minéral, il existe plusieurs types de bois répertoriés selon des classes de résistances qui conditionnent l’usage que l’on souhaite en faire.

Que la résistance du bois soit naturelle ou obtenue par traitement, elle permet de distinguer 6 classes (1-2-3a-3b-4-5) de durabilité ou d’usage du bois. L’eau étant le principal ennemi du bois, elle devient le critère principal de cette classification. Par exemple, il est déconseillé d’utiliser un bois de classe 1 lorsque le taux d’humidité dépasse 20%, alors qu’un bois dit classe 5 résiste à l’immersion en eau salée. Les bois de classe 3 (hors contacts avec le sol) et 4 (tout type de situations) sont à privilégier dans les aménagements extérieurs pour permettre une bonne durabilité dans le temps.

Provenance du bois :

Afin de lutter contre les bois produits illégalement, l’union européenne a mis en place depuis mars 2013 un règlement : le RBUE (Règlement sur le Bois de l’Union Européenne). Ce sont les gouvernements de chacun des pays de l’UE qui se chargent de le faire respecter sur leurs territoires respectifs.

Cette volonté de mieux gérer les forêts date du début des années 1990. Suite au Sommet de la Terre à Rio en 1992, deux écolabels ont fait leur apparition au sein de l’industrie forestière mondiale. Le label FSC (Forest Stewardship Council™) et le label PEFC (Program for the Endorsement of Forest Certification™). Ces deux labels, dont les objectifs sont relativement proches, ont pour but de favoriser la gestion durable des forêts en reprenant les 3 domaines du développement durable : l’environnement, l’économie, le social. Ainsi, les forêts labellisées sont gérées de manière respectueuse de l’environnement tout en favorisant le développement des filières courtes notamment en France et en Europe.

A l’origine indépendants, les deux systèmes (RBUE et FSC/PEFC) travaillent actuellement pour une meilleure harmonisation avec la loi européenne.

Entretenir ?

Avec le temps, le bois devient gris. Il s’agit d’une évolution naturelle, car le bois est un matériau vivant qui évolue dans le temps.

Afin de conserver l’aspect d’origine, certains préconisent l’application de saturateurs, de vernis ou d’huiles. Mais ces produits sont déconseillés, car ils bouchent les pores du bois et provoquent à terme un encrassement peu esthétique. Cela contraint les utilisateurs à avoir recours à des désaturateurs afin de nettoyer le bois en profondeur. Il est donc préférable de laisser le matériau évoluer naturellement, d’autant que les inconvénients tels que le dépôt de mousse ou le bois qui devient glissant, se résorbent facilement grâce à un nettoyage à la brosse ou au jet à pression modérée, 1 à 2 fois par an.

Le bois composite : une solution alternative ?

Alternative au bois naturel, il existe différents types de bois composites et donc différentes qualités. Originaire des pays asiatiques, le bois composite trouve son origine dans la lutte contre la déforestation, ce qui lui a permis d’être rapidement valorisé.

Composé de farine de bois, de plastique (PVC, polyéthylène ou polypropylène), de pigments et d’additifs, le tout est moulé puis compressé afin d’obtenir des éléments qui imitent le bois naturel. Selon le plastique utilisé ces éléments peuvent être pleins ou alvéolés. Les modules pleins sont les plus résistants. Dans les deux cas, le bois composite présente un certain nombre d’avantages et d’inconvénients.

Avantages Inconvénients
  • Lutte contre la déforestation
  • Sans entretien
  • Moins glissant
  • Grand nombre de coloris disponibles
  • Imputrescible
  • Pas d’imperfection ni de nœuds (pas d’échardes)
  • Peut être réalisé à partir de déchets valorisés.
  • Ne travaille pas à la verticale mais à l’horizontale ce qui oblige des joints de retrait plus importants et donc moins esthétiques
  • Qualité très variable selon les marques et les fournisseurs
  • Ne permet pas de retrouver l’aspect naturel du bois
  • Contient des composés chimiques

Composite recyclé

Présent dans de nombreux emballages alimentaires, le Polypropylène recyclé peut être utilisé dans la réalisation d’éléments en bois composite. Associé aux résidus de bois issus de l’industrie, et réalisés sans additifs, il est possible d’utiliser des bois composites respectueux de l’environnement.

Le bois composite peut être une alternative au bois naturel, mais ses inconvénients restent majeurs. Par ailleurs, les techniques de réalisation et de mise en place sont encore insuffisamment maîtrisés.

Pour conclure

Le bois est un matériau-ressource dont la place est majeure dans nos aménagements extérieurs. Son utilisation est aisée, sa mise en œuvre est souple et permet beaucoup de possibilités créatives. Cependant, l’enjeu environnemental doit être au cœur des préoccupations lorsque le choix se porte sur tel ou tel type de bois. À cet égard, le bois d’origine naturelle fait l’objet de réglementations et de normes mieux encadrées aujourd’hui que le bois composite.

Nombre de classes de durabilité du bois